Stadt: Wien (Österreich)

Frist: 2020-01-15

Beginn: 2020-09-23

Ende: 2020-09-26

URL: https://frankoromanistentag.univie.ac.at/fr/appel-a-contributions/linguistique/

Les centres urbains sont en général très marqués par le multilinguisme. Cette corrélation a récemment été mise en valeur par le modèle de « l’espace communicatif » qui, suite à sa publication, a bénéficié d’une large diffusion et donné lieu à des critiques fécondes (pour le modèle, cf. Krefeld 2004a et b ainsi que par exemple Koch/Oesterreicher 2008, Hafner 2009, Postlep 2010, Barbarić 2015, Schwarzenegger 2017, Béhar/Blanco/Hafner 2018). D’un point de vue linguistique, différents domaines sont concernés ; ainsi, Krefeld (2004a) tient compte de trois niveaux de description :

1. Le niveau des locuteurs. Ici l’analyse porte tant sur les biographies linguistiques individuelles que sur les réseaux communicatifs dans leur ensemble. L’objet de la recherche consiste ainsi dans les répertoires linguistiques en évolution, dans le comportement migratoire et la mobilité des locuteurs, ainsi que dans les compétences linguistiques actives et passives qui résultent de ces derniers.

2. Le niveau de la langue. L’objet de l’analyse y est constitué non seulement par les langues et variétés institutionnalisées, qui ont une portée considérable (par exemple en ce qui concerne leur territoire politique), mais aussi par celles qui ont été fonctionnalisées à une plus petite échelle (par exemple au niveau local, comme celui des quartiers d’une ville). Souvent les conditions du contact se manifestent (in)directement dans les textes du domaine de l’ « écriture pragmatique ».

3. Le niveau du discours. On se concentre ici sur les discours concrets de membres de communautés linguistiques urbaines. Dans cette perspective, il peut être pertinent de déterminer si les différentes stratégies de verbalisation ne sont que de nature individuelle ou si elles reflètent voire conditionnent les traditions discursives.

Un premier but de la section est de nature méthodologique : seront privilégiées les propositions exploitant les innombrables sources – désormais souvent disponibles aussi en ligne – jusqu’à présent négligées par notre discipline. Au-delà des sources directes qui règlent le multilinguisme (comme par exemple des traités juridiques et préscientifiques), sont à mentionner, dans ce contexte, les informations indirectes concernant les langues et les variétés que l’on peut tirer par exemple de biographies, de journaux intimes ou de la correspondance privée. On tiendra également compte des commentaires métalinguistiques et des stratégies de verbalisation à l’œuvre dans la prose quotidienne des communautés linguistiques, ce qui inclut naturellement aussi de nos jours les données linguistiques issues de la communication en ligne, chaque jour plus nombreuses.

Un autre but de la section, celui-ci de nature épistémologique, est l’identification – à tous les niveaux susmentionnés – de convergences et de divergences potentiellement observables dans les espaces communicatifs francophones.

Enfin, il s’agit également de décrire l’évolution des phénomènes linguistiques et des traditions discursives présents dans les centres urbains, ainsi que de cerner les manifestations et les formes d’un comportement linguistique attribuable soit aux biographies individuelles des locuteurs, soit à la migration.

Dans ce contexte, il est opportun de considérer, entres autres, les constellations (historiques comme actuelles) suivantes :

  • les espaces communicatifs du Moyen Âge, par exemple en zone anglo-normande, dans le « melting-pot » que constitue Paris ou dans les espaces urbains au Sud de la Loire ;
  • les espaces communicatifs du début de l’époque moderne, par exemple à Bruxelles, dans les grands ports du Sud et de l’Ouest de la France, notamment après l’immigration des Séfarades de la péninsule Ibérique, à Lyon, en Suisse et en Amérique du Nord ;
  • les espaces communicatifs de l’époque moderne et contemporaine forgés dans le contexte de l’industrialisation, comme par exemple dans les centres industriels du Nord de la France ; les espaces communicatifs qui se sont formés dans le cadre de la colonisation, comme par exemple sur les continents africain et asiatique ;
  • les espaces communicatifs actuels et actuellement émergents, par exemple dans le cadre de la revitalisation de langues minoritaires, mais aussi dans le contexte de mouvements migratoires actuels de locuteurs individuels et de groupes de locuteurs.

La langue de la section est le français.

Nous vous prions de nous envoyer votre proposition (d’une longueur d’environ 300 mots, liste de références incluse) avant le 15 janvier 2019 aux adresses suivantes : jochen.hafner@romanistik.uni-muenchen.de, daniela.marzo@romanistik.uni-muenchen.de, sebastian.postlep@romanistik.uni-muenchen.de.
Veuillez utiliser le modèle de fichier disponible sur le site du congrès.

Bibliographie

  • Barbarić, Philipp (2015), Che storia che gavemo qua. Sprachgeschichte Dalmatiens als Sprechergeschichte (1797 bis heute), Stuttgart, Steiner.
  • Béhar, Roland/Blanco, Mercedes/Hafner, Jochen (éds.) (2018), Villes à la croisée des langues (XVIe – XVIIe siècles). Anvers, Hambourg, Milan, Naples et Palerme/Städte im Schnittpunkt der Sprachen (16.-17. Jahrhundert), Antwerpen, Hamburg, Mailand, Neapel und Palermo, Genève, Droz.
  • Hafner, Jochen (2009): “Zur sprachlichen Gestaltung und linguistischen Beschreibung von Kommunikationsräumen: Der ‘Fall Neapel’ (16./17. Jahrhundert)”, in: Verena Dolle/Uta Helfrich (Hgg.), Zum spatial turn in der Romanistik. Akten der Sektion 25 des Wiener Romanistentages, München, Meidenbauer, 101–121.
  • Koch, Peter/Oesterreicher, Wulf (2008), “Comparaison historique de l’architecture des langues romanes”, dans: Gerhard Ernst et al. (Hgg.),_ Romanische Sprachgeschichte_, Bd. 3, Berlin/New York, de Gruyter, 2575–2610.
  • Krefeld, Thomas (2004a), Einführung in die Migrationslinguistik. Von der Germania italiana in die Romania multipla, Tübingen, Narr.
  • Krefeld, Thomas (2004b): “Die drei Dimensionen des kommunikativen Raums und ihre Dissoziation: Sprachliche Variation bei italienischen Migranten”, in: Alexandra N. Lenz/Edgar Radtke/Simone Zwickl (Hgg.), Variation im Raum, Frankfurt am Main usw., Peter Lang, 211–232.
  • Postlep, Sebastian (2010), Zwischen Huesca und Lérida : perzeptive Profilierung eines diatopischen Kontinuums, Frankfurt am Main usw., Peter Lang.
  • Schwarzenegger, Christian (2017), Transnationale Lebenswelten. Europa als Kommunikationsraum, Köln, Herbert von Halen Verlag.

Beitrag von: Daniela Marzo

Redaktion: Christoph Behrens