Stadt: Basel (Schweiz)

Frist: 2019-12-16

Beginn: 2020-03-01

Ende: 2024-04-30

Gehalt: CHF 47'040 à 50'040

Stellenumfang: 100%

URL: https://www.fabula.org/actualites/deux-contrats-doctoraux-100-en-litterature-francaise-universite-de-b-le-suisse_93172.php

Dans le cadre du projet « Le Rire des vers », soutenu par un subside PRIMA du Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique (FNS) et dirigé par le Dr. Anne-Sophie Bories, le séminaire d’études françaises de l’Université de Bâle met au concours deux postes de doctorant.e.s dans le domaine de la versification (19e-21e s.), pour une durée de quatre ans et avec prise de fonction prévue au 01.03.2020.

Les doctorant.e.s prépareront leurs thèses au sein de l’Institut d’Études françaises de Bâle, sous la direction conjointe du Dr. Anne-Sophie Bories et du Prof. Hugues Marchal.
Leurs recherches interrogeront les liens entre humour, versification et stylistique (19e-21e s.), en intégrant une composante statistique et computationnelle, dans des genres en lien avec l’humour et marqués par une dimension performative spécifique (idéalement les couplets de vaudeville ou la chanson, mais des propositions de sujets sur d’autres genres voisins pourront être examinées). Leurs recherches, à la fois complémentaires et indépendantes, s’articuleront entre elles et au reste du projet, au sein d’une équipe orientée vers l’association d’une lecture de loin, computationnelle, et de lectures de près.

Profil recherché. Nous recherchons des candidat.e.s intéressé.e.s par les questions de forme et les analyses poétiques, ainsi que par le recours à des outils nouveaux pour enrichir ou guider la lecture des textes, et ayant si possible quelque expérience dans ces domaines. Ils/elles doivent être au bénéfice d’un Master ou de son équivalent en Littérature française ou comparée (avec au minimum une note de 5 dans le système suisse), être capables de travailler de façon autonome et désireux.ses de collaborer avec les autres membres de l’équipe. Les propositions de projets de thèse devront montrer la capacité du/de la candidat.e à aborder des questions de métrique et de poétique, et un intérêt pour les enjeux à la fois théoriques et méthodologiques du projet général. Compétences linguistiques : anglais souhaité, allemand un plus. Des compétences préalables en programmation seraient un atout supplémentaire.

Conditions du poste. Les candidat.e.s retenu.e.s seront engagé.e.s à 100 % pour une durée de quatre ans. Ils/elles bénéficieront d’un espace de travail propre au sein de l’Université de Bâle. Ils/Elles seront invité.e.s à participer aux activités du séminaire d’études françaises et du programme doctoral de littérature, et bénéficieront de la proximité du DHLab et de l’équipe NIE-INE. Ils recevront en outre le soutien d’un.e technicien.ne en informatique au sein du projet FNS-PRIMA.
Salaire selon le barème FNS pour les doctorant.e.s(http://www.snf.ch/SiteCollectionDocuments/Annexe_XII_Ausfuhrungsreglement_Beitragsreglement_F.pdf).

Modalités de candidature.
Le dossier de candidature complet est à envoyer dans un document pdf unique au Dr Anne-Sophie Bories (a.bories@unibas.ch). Il comportera :
- une lettre de motivation,
- un cv (accompagné, le cas échéant d’une liste de publications),
- une esquisse de projet de thèse (max. 5 pages),
- une copie du diplôme de fin d’études de Master (précisant la note globale obtenue),
- 1–2 échantillons de textes (max. 30 pages, incl. le mémoire de Master ou son équivalent),
- une pièce d’identité,
- une lettre de recommandation.

Les candidat.e.s sont encouragés à prendre contact avec Anne-Sophie Bories (a.bories@unibas.ch) pour obtenir des informations complémentaires.

Les candidatures venues de doctorant.e.s déjà inscrit.e.s à une autre université ne seront pas prises en considération, non plus que celles de candidat.e.s déjà titulaires d’un doctorat.

Délai de candidature : 16 décembre 2019.
Une audition des candidat.e.s sélectionné.e.s est à prévoir en janvier 2020 à Bâle.

Présentation du projet FNS-PRIMA. Le subside PRIMA est un outil d’encouragement de carrières compétitif du Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique (FNS), visant à soutenir des chercheuses remarquables qui démontrent un potentiel évident pour devenir professeures. Les postes de doctorant.e.s mis au concours s’inscrivent dans le subside PRIMA accordé à Anne-Sophie Bories pour un projet intitulé « Le Rire des vers ».

Résumé général du projet.
Le projet « Le Rire des vers » aborde les interactions entre la versification et l’humour dans un corpus moderne et contemporain, en mettant la stylistique computationnelle au service de l’interprétation des textes. Malgré le statut conventionnellement bas de l’humour parmi les genres littéraires, les poètes ont toujours composé des poèmes comiques et parfois obscènes, et des appareils humoristiques sont régulièrement employés en poésie sérieuse, avec ou sans effet comique. L’humour et la poésie partagent en outre certains traits formels et fonctionnels. S’écartant d’une communication de bonne foi, ils tendent à fonder leurs effets sur un sens glissant, ambigu, et à tirer parti des imperfections du langage. La maîtrise du moment, du rythme, des complexités contextuelles et intertextuelles permet un jeu sur la monotonie, le sentiment de prédictibilité, et les effets d’inattendu. Que fait l’humour au vers, que fait le vers à l’humour, et que signifient-ils ensemble ? L’étude de la versification offre une voie d’accès optimale à l’analyse des rapports entre les formes et les significations, et les méthodes des humanités numériques permettent une étude rigoureuse qui fait encore défaut.

Objectifs généraux du projet. Par la fouille, l’analyse et l’interprétation des motifs respectifs de l’humour et de la versification dans un corpus numérisé des 19e, 20e et 21e siècles, par la description de ce qui dans leur interaction produit des significations variées, ce projet vise à acquérir une compréhension précise des rôles de l’humour dans la poésie, et à situer les postures et les formes de l’humour versifié dans une perspective historique et culturelle. Le corpus couvre une période, du romantisme et de la modernité jusqu’au présent, qui éclairera le renouvellement massif des normes formelles et génériques depuis le 19e siècle. Le recours à des textes numérisés permettra leur annotation, l’extraction et l’analyse de données, le va-et-vient et le dialogue entre une lecture de près et une lecture de loin, dans une perspective de stylistique computationnelle au service de l’interprétation littéraire.

Beitrag von: Anne-Sophie Bories

Redaktion: Christoph Behrens