Stadt: Berlin/ Hybrid

Frist: 2024-09-28

Beginn: 2024-10-09

Ende: 2024-10-11

URL: https://cmb.hu-berlin.de/

Ce début d’automne, le Centre Marc Bloch organisera, en collaboration avec la Fondation des Jardins de Prusse, l’Université de Lomé, la Humboldt-University of Berlin et l’Association des Historiens et Archéologues du Togo (AHAT) un colloque pour jeunes chercheurs et chercheuses consacré exclusivement aux nouvelles approches interdisciplinaires de l’écriture de l’histoire de la colonisation allemande en Afrique. Il sera question durant cette rencontre de présenter les différentes facettes ainsi que les paradigmes qui structurent une nouvelle façon de voir le processus colonial sous plusieurs angles, notamment : le problème de la restitution des objets spoliés, l’histoire de l’art et la photographie coloniale, la question mémorielle, le révisionnisme colonial et la médecine coloniale par extension. Le colloque qui aura lieu du 9 au 11 octobre 2024 sera dirigé par le Prof. Martin VOGTHERR de la Technical University of Berlin.

Dans le processus réécriture du passé colonial il était nécessaire, voire légitime, de repenser le colonialisme allemand avec des narratifs, permettant de mettre à jour ce passé oublié, ou caché dans les sources dites « muettes1». Cet impératif pose certaines interrogations qui méritent d’être soulevée durant le colloque à savoir : Comment repenser et réorienter les paradigmes de l’écriture de l’histoire de la colonisation ? Quels sont les nouveaux défis qu’il faudrait relever au moment où la question mémorielle du modèle de colonisation allemand ressurgit ? Quelles nouvelles approches permettent de réinventer et revisiter les aspects non « dévoilés » provenant des sources artistiques et photographiques ? Au-delà de ces questions d’autres questions connexes peuvent être parallèlement abordées, à titre d’exemple : comment les certaines images et photographies coloniales sont réduites au silence et quels messages révèlent celles-ci ? Comment les œuvres muséales, les images de la colonisation et les vestiges de ce dernier –par leur dimension de représentation et de recherche – s’expriment de manière fidèle ? Dans la photographie en rapport avec la colonisation (Cf. K. Azamede) apparaissent d’une part les « sujets » coloniaux, et d’autre part les « atrocités » de la colonisation, qui soulèvent un regard postcolonial bien que le colonialisme remonte à plusieurs décennies. La colonisation demeure par ailleurs dans la mémoire collective (des anciens colonisés comme les colonisateurs) et son héritage éveille encore le rapport avec la littérature à caractère colonial, la littérature de voyage ainsi que les musées et monuments.

Dans ce contexte postcolonial ce colloque se penche sur les approches méthodologiques en donnant la parole aux historiens et historiens de l’art, aux spécialistes en études culturelles, aux Sociologues et par-delà aux littéraires, puisque la colonisation et l’expansion coloniale a aussi joué un grand rôle, non seulement lors de la spoliation sécrète et parfois violente des objets culturels et cultuels, mais aussi dans les productions littéraires et filmiques qui attirent une attention particulière sur le pillage, l’art spolié, et les collections.

Enfin, l’approche réductrice liée aux narratifs historiques “purs”, pourrait être plus élargie aux sociologues, aux anthropologues, de mêmes que les juristes (il est clair que le regard d’un ethnologue sur le processus colonial est plus ou moins différent de celui d’un économiste ou d’un politologue, vu la diversité des domaines dans lesquels la colonisation a été impliqué) ; ce qui justifie la nécessité des regards croisés et approches interdisciplinaires des sciences humaines et sociales. L’émergence des approches récentes de l’écriture de l’histoire de la colonisation n’est plus à démontrer, ainsi que la résurgence du débat sur la restitution et par-delà la réparation, en passant par le révisionnisme et la mémoire coloniale.

Afin de créer un espace de dialogue ouvert et international entre universitaires, chercheurs et étudiants qui mènent des travaux sur la colonisation allemande ou qui ont déjà consacré des études sur la question (pas seulement sous un angle historico-culturel, mais aussi artistique, socio-anthropologique ou encore littéraire), le Centre Marc Bloch –dans sa mission d’encourager la recherche et la discussion scientifique, interdisciplinaire de par son caractère binational – a décidé de donner à travers ce colloque un espace d’échanges et de discussion qui sera ouvert à partir de la matinée du 10 octobre. En outre, le Colloque bénéficiera d’un riche programme varié et constitué de panels diversifiés, à caractère international et enrichissant et sera clôturé par la présentation d’une personne référence sur la question.

_

Programme :

Le 9 octobre 2024 : Salle Georg Simmel (3e étage)

Visite du Centre Marc Bloch et échanges avec les responsables. Meet and greet.

Le 10 octobre 2024 : Salle Germain Tillion (7e étage)

9 :30-10 :15 : Présentation des Participants et conférence inaugurale (Key note)

Prof. Martin Vogtherr

10 :15-10 :30: Pause-Café

10:30-12:45 Premier Panel (I): « Reconstitution of the colonial traces and cultural history of Colonial rule. » (Reconstitution des traces de la colonisation et histoire Culturelle de l’ordre coloniale)

Président(e) : Dr. Hélisenne Lestringant/ Centre Marc Bloch*

Modération : Chandra FEUPEUSSI / Université Cote d’Azur

MBOG IBOCK, Université de Douala

LA MÉMOIRE HISTORIQUE DU CIMETIÈRE MILITAIRE ALLEMAND DE YAOUNDE (1884-1912)

Éric NDAYISABA, ENS Bujumbura

Sur les traces du passé allemand au Burundi : Histoire et mémoire du patrimoine colonial

KOUZAN KOFFI, Université de Lomé / Humboldt-Universität zu Berlin

Le palais des gouverneurs de Lomé : un emblème de la colonisation allemande au Schutzgebiet Togo (1898-1914)
*
Clarisse NZEUCHIEU, Université de Dschang.*

Les facettes féminines au Kamerun : une redéfinition des acteur-ice-s de la violence coloniale, 1884-1915

12:45-13:00: Pause-santé

13:00-14:15: Deuxième Panel (II): « Colonialism, revisionism, and the processing of narratives in the culture of remembrance. » (Colonialisme, révisionnisme et mise à jour des narratifs dans la culture mémorielle)

Président(e) : Dr. Romain Tiquet / CNRS (France)/ Centre Marc Bloch (Berlin)

FOGANG TOYEM, Humboldt-University of Berlin

Seuchenbekämpfungen in Kolonialbesitzen unter der deutschen Kolonialherrschaft (1890-1916): Vom medizinischen Diskurs zur kolonialen Medikalisierung

Leo KEUTNER, Gerda Henkel Stiftung (Dortmund)

Die Branntweinfrage vor dem Hintergrund vorkolonialer Geschichte Togos

Fidel AMOUSSOU MODERAN/Gabriel IIYAMBO, Ruhr-Universität Bochum/ University of Namibia

A German Horror Story, 1904-1912: Remembering the deportation of Nama/Herero in Togo and Cameroon

Rose Angéline ABISSI, Université de Douala

LES FORMES PROTESTATAIRES ENDOGENES ET LES RESISTANCES AU TRAVAIL FORCE AU CAMEROUN SOUS ADMINISTRATION ALLEMANDE (1884 -1914)

KWAMI AGBEVE, Université de Lomé

La rigueur allemande dans l’imaginaire des Togolais : entre nostalgie et aliénation

14 :15-15 :00 Pause déjeuner et fin de la journée

*
Le 11 octobre 2024 : Salle Germain Tillion (7e étage)

9 :00-10 :30 Troisième panel (III): «: Restitution, art history and colonial photography. »*

(Restitution, histoire de l’art et photographie coloniale)

Président (e) : Dr. Julie SISSIA /Centre Marc Bloch

JIE-JIE, Université de Bertoua

Spoliation des biens culturels issus des ex-colonies allemandes d’Afrique La difficile problématique de la restitution: cas du trône Bamoum au musée de Berlin

MBENG DANG, Université de Douala

La problématique de la réappropriation des œuvres d’art de la période coloniale allemande au Kamerun : l’exemple du musée de Berlin

Barbara TRAUMANN, Filmuniversität Konrad-Wolf (Potsdam)

[Früher] Film und der Restitutions-Eklat von 1925

KOKOU AGBANYO, Technische Universität Berlin/ Université de Lomé.

Deutsche koloniale Bauten und Ehrenmäler in Kolonialafrika: Überlegungen über die Bedeutung des Kulturerben in der Postmoderne

10:30-11:00: Pause-café

11 :00 – 14 :00 Quatrième panel (IV)« Colonial revisionism and postcolonial representations of the Memory process. »

(Révisionnisme colonial et représentations postcoloniales du processus mémoriel)

Président (e) : Dr. Pepetual MFORBE CHIANGONG / Humboldt-University of Berlin

Pascal ONGOSSI, Friedrich-Schiller Universität Jena

Cette Afrique-là ! : Une mémoire postcoloniale de l’ère allemande

Henry KAM KAH Henry/Lily METANGWE EBUNE, University of Buea

Debates in the Cameroonian Press about Restitution of Art Works to the Country
*
Ibrahima SENE, Universität Bayreuth*

Les voix de la diaspora africaine et des pétitions sur l’héritage colonial (2019-2023)

*AQTIME EDJABOU, Université de KARA *

Les centres des dynamiques discursives des mémoires de la colonisation allemande au Togo

Anne D. Peiter, Université de la Réunion

Überlegungen zu erinnerungspolitischen Leerstellen bezüglich der deutschen Kolonialisierung Ruandas

14 :30-15 :30 „Exposé final et épilogue“ : Président de l’AHAT

Clôture du colloque

_

Le programme scientifique et international est ouvert à toutes personnes intéressées par les questions qui seront soulevées durant le colloque. Pour les modalités de participation (en ligne et en présentiel), bien vouloir envoyer un mail à l’adresse suivante, avec pour objet : Forum Marc Bloch, memorygermancolonialism@gmail.com, au plus tard le 28 septembre 2024. Un Mail-retour vous sera renvoyé avec les données d’accès (Identifiant zoom/mot de passe), pour ce qui participeront en ligne, et des informations d’enregistrement au Centre Marc Bloch, quelques jours avant le début de la rencontre.

Le Centre Marc Bloch et toute son équipe d’organisation et de recherche se réjouissent d’échanger avec vous et vous prient par ailleurs de faire circuler cette annonce dans vos différentes institutions respectives et vos collègues intéressés.

1 Ce sont les vestiges. C’est-à-dire tous les restes du passé comme les monuments, les objets d’art, les ossements, les outils, les bijoux etc…

Beitrag von: Toyem Fogang

Redaktion: Robert Hesselbach